Éditoriaux Défense Sécurité Terrorisme Zones de conflits Logistique Livres de référence Liens
Terre Air Mer Gendarmerie Renseignement Infoguerre Cyber Recherche

Barack Obama

Guerre de propagande en Afghanistan

Les Taliban auraient-il intégré la communication au point de remporter un jour la bataille de l'image? Les interrogations sont nombreuses : qui les conseille se demandent les stratèges de l'OTAN? Quelle est leur agence de communication? Alors qu'on les imagine moyenâgeux et rustiques, les Taliban utiliseraient en fait des moyens très sophistiqués! Ils disposent de plusieurs sites Internet, dont un en six langues et diffusent leur propagande avec des cassettes audio et des DVD. Ils utilisent des téléphones portables de dernière génération et sont des familiers du Web. L'International Crisis Group, l'ICG, a consacré un rapport à cette évolution,[1] montrant que le mouvement aurait repris de l’assurance, ce qui est aussi inquiétant que difficilement imaginable. Ce ne serait donc pas un hasard si le gouvernement britannique à engagé une firme de consultants pour proposer un plan médias. L'attention des dirigeants occidentaux a été attirée sur la « nécessité de repenser les efforts de communication pour faire face à la propagande des Taliban.» Le rapport de l'ICG explique aussi pourquoi nous risquons de perdre cette bataille de l'image à force de décourager les Afghans.[1] En tout cas, il n'est pas comprendre comment certains peuvent perdre cette bataille de l'image : entre frilosité et management compassionnel, les autorités françaises ont fait inconsciemment le jeu de la propagande taliban. C'est l'objet de cette chronique sur les armes de communication massive, publiée dans la revue Défense.[2] Nous la reproduisons ici avec l'autorisation de son auteur, François d'Alançon (*). Paris, le 26 août 2008.©

Dans la guerre de propagande qui oppose les armées de l’Otan aux insurgés afghans, l’embuscade qui a coûté la vie à dix soldats français le 18 août dernier en Afghanistan aura constitué un sérieux revers. Le président de la République s’est précipité à Kaboul avant de présider une grande cérémonie aux Invalides. Les familles des victimes ont été acheminées sur place et les médias ont exploité sans discernement les « témoignages » des soldats français et de membres de leurs familles, encore sous le choc de l’affrontement violent avec les talibans. Des soldats blessés se sont exprimés dans la presse. Une mère de soldat a mis en doute la version officielle. Le « management compassionnel » de la crise adopté par les autorités politiques et militaires, a sans doute profité au chef de l’État, mais au détriment de la « résilience » du pays, c'est-à-dire de sa capacité à encaisser les coups. Sur la défensive, la communication de l’appareil d’État a peiné à convaincre sur le déroulement et les circonstances exactes de l’embuscade. De même les questions de fond sur l’action du commandement, son unicité et l’homogénéité de la troupe, l’inadaptation et l’insuffisance des moyens et le degré de préparation des troupes ont été escamotées. Toutes les hypothèses ont donc fleuri : exécution de prisonniers, sévices sur les corps, retard des renforts, etc. Les autorités se sont justifiées par le respect dû aux familles des morts. A l’instar des médias, elles ont traité la mort au combat comme un fait divers dramatique, apparemment incapables de donner un autre sens à la perte de vie de soldats professionnels qui avaient choisi le métier des armes.

Force est de constater que cette gestion médiatique a donné un formidable écho à la propagande des talibans. L’objectif de leur appareil de communication est simple : projeter une image de force et affirmer leur légitimité. Leurs opérations, comme leur rhétorique agressive, cherchent à  attirer l’attention pour éroder le soutien des opinions publiques occidentales et créer la perception de leur invincibilité et du caractère inévitable de leur retour au pouvoir. De ce point de vue, la résonance politique et médiatique suscitée par la mort des dix soldats français a constitué pour eux un succès indéniable.

Les photos d’insurgés posant en vainqueur ou leurs interviews ont atteint leur cible. Les talibans ont réussi à donner une impression de cohérence et de dynamique favorable, beaucoup plus importante que dans la réalité.

Le président de la République, le Premier ministre et le ministre de la Défense se refusent toujours à parler de « guerre ». Comme s’il fallait éviter de donner un nouvel argument à une opinion publique majoritairement hostile à l’engagement militaire français en Afghanistan et l’empêcher de faire le lien avec la décision prise en avril dernier de renforcer la présence française en Afghanistan, avec le déploiement d’un bataillon dans la province du Kapisa, sous commandement américain. Tout comme leurs homologues allemands, mais eux ont l’excuse de leur histoire et de leur constitution, les dirigeants français s’accrochent à la fiction juridique selon laquelle les soldats sont en Afghanistan dans le cadre d’une simple opération de maintien de la paix et d’assistance à la sécurité au profit du gouvernement afghan. L’absence de transparence et de pédagogie des autorités ne date pas d’hier. Depuis le renversement du régime taliban en 2001, l’Élysée, le Quai d’Orsay, le ministère de la Défense et l’armée n’ont pas fait grand chose pour expliquer clairement et honnêtement au public les enjeux de la présence militaire française au sein de la force de l’Otan en Afghanistan, ne serait-ce que l’intérêt de ne pas avoir en Afghanistan un « État défaillant » servant de sanctuaire aux extrémistes.

Au-delà des impératifs de la gestion de crise, l’affaire de l’embuscade traduit une incapacité française à penser et pratiquer « l’info guerre », autrement que dans le cadre routinier d’interventions extérieures présentées comme des opérations de police et/ou humanitaires, avec une armée confortablement installée dans le rôle consensuel du « pompier de la paix ». Paradoxalement, cet épisode intervient en pleine révision par l’administration américaine de sa politique afghane. Le soutien à des discussions entre gouvernement afghan, chefs de tribus et chefs talibans pourrait être un des éléments clés d’une stratégie de sortie pour les troupes occidentales. Mais en attendant la négociation, c’est bien la guerre qui continue.

François d'Alançon

(*) Auditeur à l'Institut des Hautes Études de Défense Nationale (IHEDN) et rédacteur en chef adjoint de la revue Défense.

[1] "Afghanistan: La communauté internationale doit rester déterminée", Rapport Asie N°145 du 6 février 2008. « La communauté internationale n’a pas visé assez haut en Afghanistan, cédant aux exigences des réseaux clientélistes plutôt que respectant les souhaits des Afghans ordinaires qui demandent à la fois que leurs responsables rendent des comptes et de pouvoir participer à la consolidation de la paix. Tout en travaillant sur leurs propres points faibles, les internationaux doivent également demander au gouvernement de Kaboul de rendre compte de ses échecs. La situation n’est pas désespérée mais elle est mauvaise et il faut de toute urgence y apporter une réponse collective.» (Extrait)

[2] Défense N°136 daté de Novembre-décembre 2008. Revue bimestrielle de l'Union des Associations des Auditeurs de l'Institut des Hautes Études de Défense Nationale (IHEDN). Abonnements: BP 41-00445 Armées.

[3]

[4]

Dans la rubrique “Armes de communication massive”, lire également du même auteur :

 


Derniers articles

Verdun 2016 : La légende de la « tranchée des baïonnettes »
Eyes in the Dark: Navy Dive Helmet Display Emerges as Game-Changer
OIR Official: Captured Info Describes ISIL Operations in Manbij
Cyber, Space, Middle East Join Nuclear Triad Topics at Deterrence Meeting
Carter Opens Second DoD Innovation Hub in Boston
Triomphe de St-Cyr : le Vietnam sur les rangs
Dwight D. Eisenhower Conducts First OIR Missions from Arabian Gulf
L’amiral Prazuck prend la manœuvre de la Marine
Airmen Practice Rescuing Downed Pilots in Pacific Thunder 16-2
On ne lutte pas contre les moustiques avec une Kalachnikov...
Enemy Mine: Underwater Drones Hunt Buried Targets, Save Lives
Daesh Publications Are Translated Into Eleven Languages
Opération Chammal : 10 000 heures de vol en opération pour les Mirage 2000 basés en Jordanie
Le Drian : Daech : une réponse à plusieurs niveaux
Carter: Defense Ministers Agree on Next Steps in Counter-ISIL Fight
Carter Convenes Counter-ISIL Coalition Meeting at Andrews
Carter Welcomes France’s Increased Counter-ISIL Support
100-Plus Aircraft Fly in for Exercise Red Flag 16-3
Growlers Soar With B-1s Around Ellsworth AFB
A-10s Deploy to Slovakia for Cross-Border Training
We Don’t Fight Against Mosquitoes With a Kalashnikov
Bug-Hunting Computers to Compete in DARPA Cyber Grand Challenge
Chiefs of US and Chinese Navies Agree on Need for Cooperation
DoD Cyber Strategy Defines How Officials Discern Cyber Incidents from Armed Attacks
Vice Adm. Tighe Takes Charge of Information Warfare, Naval Intelligence
Truman Strike Group Completes Eight-Month Deployment
KC-46 Completes Milestone by Refueling Fighter Jet, Cargo Plane
Air Dominance and the Critical Role of Fifth Generation Fighters
Une nation est une âme
The Challenges of Ungoverned Spaces
Carter Salutes Iraqi Forces, Announces 560 U.S. Troops to Deploy to Iraq
Obama: U.S. Commitment to European Security is Unwavering in Pivotal Time for NATO
International Court to Decide Sovereignty Issue in South China Sea
La SPA 75 est centenaire !
U.S. to Deploy THAAD Missile Battery to South Korea
Maintien en condition des matériels : reprendre l’initiative
La veste « léopard », premier uniforme militaire de camouflage
Océan Indien 2016 : Opérations & Coopération
Truman Transits Strait of Gibraltar
Navy Unveils National Museum of the American Sailor
New Navy, Old Tar
Marcel Dassault parrain de la nouvelle promotion d’officiers de l’École de l’Air
RIMPAC 2016 : Ravitaillement à la mer pour le Prairial avant l’arrivée à Hawaii
Bataille de la Somme, l’oubliée
U.S., Iceland Sign Security Cooperation Agreement
Cléopatra : la frégate Jean Bart entre dans l’histoire du BPC Gamal Abdel Nasser
Surveiller l’espace maritime français aussi par satellite
America's Navy-Marine Corps Team Fuse for RIMPAC 2016
Stratégie France : Plaidoyer pour une véritable coopération franco-allemande
La lumière du Droit rayonne au bout du chemin





Directeur de la publication : Joël-François Dumont
Comité de rédaction : Jacques de Lestapis, Hugues Dumont, François de Vries (Bruxelles), Hans-Ulrich Helfer (Suisse), Michael Hellerforth (Allemagne).
Comité militaire : VAE Guy Labouérie (†), GAA François Mermet (2S), CF Patrice Théry (Asie).

Contact