Éditoriaux Défense Sécurité Terrorisme Zones de conflits Logistique Livres de référence Liens
Terre Air Mer Gendarmerie Renseignement Infoguerre Cyber Recherche

Enfin un nouveau drone tactique pour l'U.S. Army ?

Enfin un nouveau drone tactique pour l'U.S. Army ?

Joël-François Dumont * - Paris, le 8 décembre 1998.

L'office d'acquisition d'armement du Pentagone a donné "deux mois" à l'Armée de Terre américaine pour qu'elle fasse connaître les spécificités de son drone tactique. Dans sa dernière édition Military Robotics précise que le nouveau système serait basé sur "le document de 1995", avec toutefois des "changements significatifs". Mis à la disposition d'une brigade, le nouveau système devrait pouvoir être "lancé et récupéré sur des terrains non-aménagés"… "Le lancement et la récupération devant être absolument automatiques"… En tout cas, la bataille s'annonce rude entre Jacques Gansler, le chef du Procurement du Pentagone, et l'Armée de Terre mise en demeure de trouver une solution avant le 15 décembre. (1)

Selon l'Armed Forces Journal (2) cela fait plus de "18 ans que l'U.S. Army travaille sur un programme de drone pour permettre à ses commandants de brigades ou de bataillons de voir de l'autre côté de la colline". Sans succès. Et la frustration est grande. L'une des raisons de ces échecs successifs a été la volonté des "politiques" de vouloir doter la Marine, le Corps des Marines et l'Armée de Terre d'un seul et même système alors que les besoins de chacun étaient sensiblement différents. Ce qui s'est traduit par un véritable désastre financier… et une absence de solution, contrairement à ce qui s'est produit avec l'Air Force.

Les deux dernières années ont été perdues avec le programme Outrider, un nouveau fiasco succédant au scandale du Hunter qui selon l'AFJ a connu une "histoire au développement trouble, lorsque le programme s'est trouvé pris dans le vortex d'un maelström politique puissant au sein du Pentagone" …

Développé au milieu des années 80, conçu pour un théâtre d'opérations et un emploi caractéristiques des forces israéliennes datant de près de 20 ans, le système Hunter, construit par les sociétés américaine TRW et israélienne IAI, aura coûté au bas mot "700 millions de dollars" en dix ans (2). Sept systèmes ont été commandés comprenant chacun huit avions, avant que le programme ne soit officiellement abandonné fin janvier 1996 par le Pentagone après 2 années d'évaluation opérationnelle (3) et mis sous cocon par décision du sous-secrétaire d'état à la défense, Paul Kaminski. Un seul a été déstocké pour des manœuvres d'expérimentation (Force XXI), le Chef d'état-major de l'U.S. Army, le général Dennis Reimer, s'opposant formellement et encore tout récemment au déstockage d'autres Hunters pour "affiner davantage le concept d'emploi". (2) A la colonne des drones dans le budget 1999, le chiffre de 0 dollar a été inscrit pour le Hunter...

Abandonné aux Etats-Unis après huit années de déboires - "le plus fameux ayant consisté dans la chute d'un appareil sous les yeux de la commission d'enquête venue vérifier son prétendu bon fonctionnement" (4) et après que divers scandales aient été révélés dans plusieurs rapports de la Cour Générale des Comptes américaine (G.A.O), le drone Hunter n'a jamais été mis en service opérationnel ni par Israël, ni par aucun autre pays. Or la France en a acheté un système, alors qu'elle avait doté son Armée de Terre du CL-289 et du Crécerelle - qui est actuellement déployé en Bosnie - et dont le successeur, le Sperwer a été vendu aux Pays-Bas et à la Suède, avant d'être proposé à la Belgique, au Danemark et à la Finlande. Les états-majors, la Commission de la Défense au Parlement et la presse française, s'étaient alors interrogés sur cet engagement personnel du ministre de la Défense de l'époque, François Léotard, pour un système acquis sans appel d'offres et alors qu'il était remisé aux oubliettes par le gouvernement américain. La justice française qui poursuit son enquête sur le financement du parti républicain pourrait rouvrir le dossier en début d'année prochaine.

En effet, selon Libération, ce marché "intrigue les services français" (5) … Le journal va même encore plus loin en se faisant l'écho d'une "rumeur sur une possible commission de 5% ristournée au ministère de la défense sur les drones".. Le Point de son côté rappelant que "François Léotard s'était personnellement et très fortement impliqué dans cette affaire" (4).

Livré à la France en février 1998, le système Hunter fait l'objet depuis 9 mois d'une évaluation à titre expérimental sur la base aérienne de Mont-de-Marsan. Au vu des résultats, il n'est pas prévu pour être mis en dotation dans une unité opérationnelle, mais serait réservé à la conduite d'essais d'évaluation de diverses charges utiles.

Curieusement certains avancent que le Hunter pourrait bien être choisi par les forces armées belges, aux besoins desquelles il ne paraît pas correspondre, pas plus qu'à ceux des Pays-Bas et de la Suède qui n'en ont pas voulu ou du Danemark et de la Finlande qui ne l'ont même pas présélectionné.

Faut-il voir là un forcing israélien - IAI aurait des problèmes financiers - soutenu par les Américains auprès du gouvernement belge ? Les Etats-Unis réussissant ainsi une double opération: une bonne affaire en se débarrassant de leurs systèmes stockés et inutilisables et en renforçant leur mainmise dans le domaine du Renseignement ? Ils ne peuvent en effet voir que d'un très mauvais œil nombre de pays européens comme la Belgique annoncer leur préférence pour des solutions européennes en matière de renseignement dans le domaine de l'imagerie. Selon le Monde du Renseignement (6) "le Comité belge permanent de contrôle des services de renseignement (Comité R) s'est plaint de ce que "les services américains ne donnaient jamais leurs photos au Service Général de Renseignement (SGR)… mais les montrent et les remportent après consultation, ou ne fournissent que leur analyse de ces photos"… "La guerre du Golfe en 1990-1991, celle de Bosnie en 1995 et la surveillance de la zone kurde irakienne en 1996-1997 ont montré que les Etats-Unis se réservaient effectivement la possibilité de couper ou de censurer vis-à-vis de leurs alliés les informations obtenues"…

Une personnalité américaine qui a eu connaissance de ce dossier "empoisonné" - souhaitant conserver l'anonymat - s'est même interrogée sur "les vertus préélectorales" d'un système qui n'est pas plus adapté aux besoins des armées de terre que de l'air… Faut-il y voir comme elle "l'effet du hasard ou une coïncidence pour le moins frappante entre le choix du Hunter et les échéances électorales survenues dans les différents pays qui s'y sont intéressés: 1991 aux Etats-Unis (élection présidentielle en 1992); début 1995 en France (élection présidentielle en mai 1995).

A cause des déboires du Hunter et de l'Outrider, l'U.S. Navy est forcée aujourd'hui de se contenter du vieux Pioneer en attendant l'arrivée de nouveaux systèmes à décollage et atterrissage verticaux en cours d'expérimentation.

En revanche, en ce qui concerne les drones stratégiques, l'U.S. Air Force est en mesure de mettre en œuvre deux escadrons de Predator opérationnels depuis plus de trois ans à partir de l'Albanie et depuis Taszar, en Hongrie, au profit des opérations en Bosnie d'abord, et aujourd'hui au-dessus du Kosovo (opération Eagle Eye).

Photo General Atomics Aeronautical Systems Inc.

Plus de 740 missions opérationnelles ont été réalisées avec succès dans l'ex-Yougoslavie, soit un peu plus de 4750 heures de vol. 15 pays reçoivent les images transmises en temps réel par le Predator dans 35 endroits différents depuis le centre commun d'analyse situé à Molesworth en Grande-Bretagne. Un véritable succès d'autant plus impressionnant que le Predator n'a pas coûté un seul dollar au contribuable américain en recherche et en développement, puisqu'il a entièrement été financé sur fonds propres par General Atomics…

Tous ces problèmes seront largement évoqués cette semaine à Vienne (Virginie) à la conférence organisée par l'Institut américain d'Ingénieurs et la Société internationale de simulation sur ordinateur.

* Auditeur à l'Institut des Hautes Etudes de Défense Nationale. 

(1) Joseph A. Lovece in Military Robotics, Vol. 12 n°23, du 27 novembre 1998, p. 1 & 7.

(2) Jason Sherman in Armed Forces Journal de novembre 1998, p.14 à 17. Outrider's Swansong? The Navy and Marine Corps Bail Out Of This Troubled UAV Program, And Now The Army Ponders Its Next Step.

(3) Memorandum de Paul G. Kaminski en date du 31 janvier 1996 et rapports annuels du Defense Airborne Reconnaissance Office (DARO) 1995-96 et 97.

(4) Jean Guisnel in Le Point n°1243 du 13 juillet 1996, p.31: "L'invasion des écoutes: les grandes oreilles: Deux anciens collaborateurs de François Léotard à la Défense placés sur écoutes avec l'aval d'Alain Juppé. D'importants contrats d'armements et de mystérieuses commissions sont à l'origine de cette mesure."

(5) Patricia Tourancheau in Libération du 16 juillet 1996, p.12: "France: derrière les écoutes, les ventes d'armes: les espionnés de la "bande à Léo" auraient perçu des bakchichs pour financer la campagne de Balladur".

(6) in Le Monde du Renseignement n°344 du 15 octobre 1998, p.1

 

Derniers articles

Verdun 2016 : La légende de la « tranchée des baïonnettes »
Eyes in the Dark: Navy Dive Helmet Display Emerges as Game-Changer
OIR Official: Captured Info Describes ISIL Operations in Manbij
Cyber, Space, Middle East Join Nuclear Triad Topics at Deterrence Meeting
Carter Opens Second DoD Innovation Hub in Boston
Triomphe de St-Cyr : le Vietnam sur les rangs
Dwight D. Eisenhower Conducts First OIR Missions from Arabian Gulf
L’amiral Prazuck prend la manœuvre de la Marine
Airmen Practice Rescuing Downed Pilots in Pacific Thunder 16-2
On ne lutte pas contre les moustiques avec une Kalachnikov...
Enemy Mine: Underwater Drones Hunt Buried Targets, Save Lives
Daesh Publications Are Translated Into Eleven Languages
Opération Chammal : 10 000 heures de vol en opération pour les Mirage 2000 basés en Jordanie
Le Drian : Daech : une réponse à plusieurs niveaux
Carter: Defense Ministers Agree on Next Steps in Counter-ISIL Fight
Carter Convenes Counter-ISIL Coalition Meeting at Andrews
Carter Welcomes France’s Increased Counter-ISIL Support
100-Plus Aircraft Fly in for Exercise Red Flag 16-3
Growlers Soar With B-1s Around Ellsworth AFB
A-10s Deploy to Slovakia for Cross-Border Training
We Don’t Fight Against Mosquitoes With a Kalashnikov
Bug-Hunting Computers to Compete in DARPA Cyber Grand Challenge
Chiefs of US and Chinese Navies Agree on Need for Cooperation
DoD Cyber Strategy Defines How Officials Discern Cyber Incidents from Armed Attacks
Vice Adm. Tighe Takes Charge of Information Warfare, Naval Intelligence
Truman Strike Group Completes Eight-Month Deployment
KC-46 Completes Milestone by Refueling Fighter Jet, Cargo Plane
Air Dominance and the Critical Role of Fifth Generation Fighters
Une nation est une âme
The Challenges of Ungoverned Spaces
Carter Salutes Iraqi Forces, Announces 560 U.S. Troops to Deploy to Iraq
Obama: U.S. Commitment to European Security is Unwavering in Pivotal Time for NATO
International Court to Decide Sovereignty Issue in South China Sea
La SPA 75 est centenaire !
U.S. to Deploy THAAD Missile Battery to South Korea
Maintien en condition des matériels : reprendre l’initiative
La veste « léopard », premier uniforme militaire de camouflage
Océan Indien 2016 : Opérations & Coopération
Truman Transits Strait of Gibraltar
Navy Unveils National Museum of the American Sailor
New Navy, Old Tar
Marcel Dassault parrain de la nouvelle promotion d’officiers de l’École de l’Air
RIMPAC 2016 : Ravitaillement à la mer pour le Prairial avant l’arrivée à Hawaii
Bataille de la Somme, l’oubliée
U.S., Iceland Sign Security Cooperation Agreement
Cléopatra : la frégate Jean Bart entre dans l’histoire du BPC Gamal Abdel Nasser
Surveiller l’espace maritime français aussi par satellite
America's Navy-Marine Corps Team Fuse for RIMPAC 2016
Stratégie France : Plaidoyer pour une véritable coopération franco-allemande
La lumière du Droit rayonne au bout du chemin





Directeur de la publication : Joël-François Dumont
Comité de rédaction : Jacques de Lestapis, Hugues Dumont, François de Vries (Bruxelles), Hans-Ulrich Helfer (Suisse), Michael Hellerforth (Allemagne).
Comité militaire : VAE Guy Labouérie (†), GAA François Mermet (2S), CF Patrice Théry (Asie).

Contact